Café et cigarette

 

Tout commence comme dans le film « Alien »... Que ce soit le premier ou le deuxième film de la série : la belle se réveille. Il va sans dire que le premier film m’a particulièrement inspiré, et la « direction artistique » est très inspirée par celle qui a été déployée notamment pour le film de Ridley Scott. Ce n’est donc pas un hasard si une affiche du premier film a été glissée dans la planche N°3. Il faut donner l’impression d’un usage très prononcé des équipements et des vaisseaux spatiaux. De même, le choix de laisser une « pesanteur artificielle » dans l’espace permet de grandes libertés vis-à-vis des lois de la gravité.... Si quelqu’un doit se trouver en apesanteur, c’est parce que l’histoire en aura besoin.

 

 

 

 Reste que ce choix a aussi pour avantage de se familiariser avec les personnages de l’histoire. Ces derniers ont un quotidien absolument similaire au notre. Et mettre, de-ci, de-là, des accessoires totalement familiers à notre époque, comme une tasse, un paquet de cigarette, ou une cafetière, est voulu ; il est important pour moi de démontrer que ce futur là nous est finalement très proche, au point que les habitudes de vies de ce futur là nous paraissent les mêmes que celles que nous avons dans notre quotidien.

 

 

 

 Est-ce à dire que je compte respecter l’esthétique « low tech » d’Alien ? Non. Bien que l’esprit « matériel bien usé et bien amorti » sera bien présent, il n’est pas question de se refuser des écrans plats, des hologrammes, des connectiques neurales, et du son surround !

 

 

 

 Quoique le son serait une option à travailler si un groupe musical, ou même un musicien solitaire, souhaitaient illustrer d’une manière mélodique l’aventure graphique...

 

 

 

 Quoiqu’il en soit, cette planche permet aussi de faire mieux connaissance avec Nohraïa. J’imagine mal comment un personnage, surhumain ou non, peut se conduire d’une manière héroïque dès le saut du lit ! Au réveil, moi, j’ai tout qui me fait mal. Sorti des rêves de la nuit, le cerveau se sent compressé, à l’étroit dans sa boite crânienne, les articulations des doigts et des codes hurlent leur besoin de craquer, et les muscles des jambes font une grève notoire du moindre mouvement. La décence m’interdit me parler de toute autre région anatomique, mais globalement, une seule substance est acceptable en l’état : du café !

 

 

 

 La cigarette a été rajoutée, car je trouve que les femmes qui fument ont toujours une aura extrêmement troublante.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    MiKL.BD (mercredi, 23 septembre 2015 07:30)

    J'adore la tête qu'elle tire en case 02, ça me rappelle quelqu'un le matin. Et la tête dans le cul en dernière case est excellente aussi. Je te suis assurément...